Cause commune

Lancé en mars 2004, le journal que vous tenez entre vos mains vient d’avoir quatre ans. Gratuit et diffusé à 4 000 exemplaires dans une dizaine de villes de la province, c’est un phénomène unique dans l’histoire la presse anarchiste québécoise.

Cause Commune est un porte-voix libertaire dans les luttes sociales et les quartiers. À cheval entre le tract et l’organe de presse plus élaboré, c’est un outil souple, peu coûteux, adapté aux besoins d’aujourd’hui. Il permet à des collectifs bien implantés, comme à des militantEs isoléEs, de faire un travail d’information et de sensibilisation à grande échelle.

Cause Commune se veut un journal révolutionnaire accessible. Nous le construisons autour de chroniques régulières, comme «Sur les lignes» ou «l’Anarchie de A à Z», en traitant de toutes sortes de sujets de façon succincte et accessible. Les articles évitent autant que possible le jargon militant et la propagande pure et dure. L’idée est de pouvoir le diffuser aussi bien à l’UQAM que dans une manif du FRAPRU.

Fonctionnement

Les grandes lignes du contenu du journal sont déterminées lors de réunions provinciales des militantEs de la NEFAC. Tout le monde peut soumettre un article ou un sujet (il suffit d’écrire à en mettant «Cause Commune» dans le titre). Un comité de rédaction est mandaté pour sélectionner, corriger et éditer les articles, voire en produire au besoin, et mettre en page le journal.

La distribution est coordonnée par un autre comité qui est en lien avec les personnes qui diffusent le journal dans les diverses régions. Les collectifs de la NEFAC distribuent la majeure partie du tirage en personne (manifs, conférences, spectacles, etc.) ou en en laissant dans de nombreux lieux publics (cafés, librairies, bibliothèques, buanderies, etc.). Le reste, plusieurs centaines de copies, est distribué par différentes personnes qui trouvent le journal assez intéressant pour le diffuser dans leur ville. D’ailleurs, vous aussi pouvez donner un coup de main! Si ça vous intéresse, écrivez à en mettant «Distribution de Cause Commune» dans le titre.

Et comment la NEFAC finance tout ça? Non, il n’y a pas de fonds secret! Ce sont les membres de l’organisation qui payent l’essentiel des frais, un peu plus de 500$ par numéro, avec leurs cotisations (entre 1% et 2% du salaire). Le reste vient de contributions volontaires et d’activités de financement.

Aller plus loin

L’an dernier, le tirage du journal a augmenté sans tambour ni trompette et, pour la première fois, six numéros ont été publiés. Nous caressons d’autres projets pour Cause Commune, des projets qui nécessiteront l’appui des lectrices et des lecteurs. Augmentation du tirage, de la fréquence de parution, du nombre de pages, qui sait? On s’en reparle… Dix-huit numéro et 57 000 copies plus tard, «le petit journal de la NEFAC» continue son petit bonhomme de chemin.

==
Extrait du numéro 18 de Cause commune