La privatisation de la guerre

Récemment, les médias bourgeois ont parlé abondamment d’un incident en Irak impliquant la « compagnie de sécurité privée » américaine Blackwater USA. Cette firme aurait, selon de nombreux témoins, ouvert le feu sur une foule à Bagdad, tuant 17 civils. En fait, selon le Pentagone, les civils n’étaient pas armés et les employés de la firme auraient ouvert le feu sans raison. Selon le New York Times (1) et de nombreux journaux, cette firme aurait été impliquée dans plus de 200 incidents de ce type depuis 2005.

Blackwater USA est l’une des nombreuses firmes ayant des contrats avec le gouvernement américain en Irak afin d’assurer différentes fonctions pouvant aller de l’intendance à la construction d’infrastructures, jusqu’aux opérations militaires les plus spécialisées tel que des opérations pouvant impliquer du nucléaire ou même du sabotage de sous-marins (2)! Cette firme fait partie de l’International Peace Operations Association, qui est une association américaine représentant les intérêts des plus gros joueurs de « l’industrie de la paix et de la stabilité», selon leurs propres mots. Plus de 42 compagnies de cette association sont présentes en Irak, dont DynCorp International LLC, Blackwater USA et Triple Canopy Inc. Concrètement, ce groupe assure la logistique et un soutien militaire. Ce n’est ni plus ni moins qu’une coalition de mercenaires privés. Ces firmes auraient reçu officiellement, depuis le début de l’invasion irakienne, près de 4 milliards US$ de contrats. Blackwater, à elle seule, a reçu environ 1 milliard de US$ en contrat. Ces compagnies fournissent actuellement 180 000 mercenaires en territoire irakien. De ceux-ci, 50 000 seraient directement impliqué dans des opérations militaires, ce qui fait d’eux la deuxième force militaire en importance en Irak, dépassant même en nombre les militaires britanniques. Il est aussi intéressant de constater que pour la seule année 2001, les dix plus grandes compagnies de sécurité américaines ont donné 32 millions de $ en contributions électorales et opérations de lobbying au gouvernement américain (3). Par ailleurs, un rapport récent soumis au congrès américain définit les employés de ces firmes comme des mercenaires, et non des combattants, puisqu’ils ne sont pas membres d’une armée sous la chaîne de commandement d’un des belligérants. Si ces mercenaires sont capturés, ils ne sont donc pas considérés comme des prisonniers de guerre, mais bien des civils armés, selon la Convention de Genève (4). Mais ne soyez pas inquiets, certains de ces mercenaires auraient été payés jusqu’à 1000 US$ par jour pour faire leur sale boulot!!

Un article du Guardian du 6 mars 2004, rapporte que Blackwater USA aurait ramené à son camp d’entrainement, en Caroline, un commando de 60 mercenaires chiliens qui auraient pour la plupart été entrainés sous le gouvernement Pinochet. Par ailleurs, des soldats provenant entre autre de la Bosnie et des Philippines auraient aussi été recrutés, ce qui est grandement significatif, si on considère l’histoire récente de massacres et de torture dans ces pays. Pour un gouvernement, qui se défend de pratiquer la torture en Irak, ses sélections d’employés contractuels laissent présager le pire.

Le néolibéralisme étant ce qu’il est, la privatisation du conflit est avantageuse pour le gouvernement américain. En effet, elle permet de diminuer son implication militaire et de minimiser ses pertes en soldats, puisque les mercenaires des compagnies qui sont tués ne sont pas comptabilisés en pertes par le Pentagone lors des opérations militaires. La seule attaque sur Fallujah, en 2004, aurait impliqué la mort de 40 «civils» américains qui étaient en fait des mercenaires lourdement armés. Officiellement, ceux-ci étaient responsables de l’acheminement de la nourriture aux populations touchées par les attaques. De plus, ces implications non officielles dans de nombreux autres conflits partout sur la planète, tel qu’au Libéria, au Rwanda, en Bosnie, au Pakistan et dans différents pays d’Amérique Latine dont la Colombie, permettent aux USA de décliner toute responsabilité à propos des violations de la convention de Genève puisque leur armée n’est pas directement impliquée (2). Concrètement, la principale mission de ces mercenaires en Irak est de semer le chaos dans différentes zones, afin de justifier les interventions brutales des GI’s américains. De toute façon, que ces soldats soient de l’armée régulière ou des mercenaires, ce seront toujours les populations civiles qui paieront de leur sang l’avidité du capitalisme.

En tant que communistes libertaires, l’utilisation de ces mercenaires ne peut que nous rappeler l’utilisation par Franco, avant et durant la révolution espagnole, des légionnaires marocains et Maures qui étaient reconnus pour leur cruauté. Lorsqu’en octobre 1934, les mineurs des Asturies se soulevèrent contre la perspective de l’arrivée au pouvoir de la droite, ce sont ces mercenaires qui écraseront dans un bain de sang, en douze jours, l’insurrection ouvrière. Même si ces conflits n’ont rien en commun, la logique du capitalisme privé et de l’industrie de la mort qui est nécessaire et essentielle au maintien du capitalisme moderne, est toujours la même. La guerre est une « business » dont les grands capitalistes auront toujours besoin afin de maximiser leurs profits et d’étendre toujours plus leurs empires….

Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes!

Notes:
1 The New York Times 14 oct., 2007
2 Mother Jones may/june 2003.
3 http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2007/10/05/003-blackw...
4 Private Security Contractors in Irak:Background, Legal Status, and Other Issues. CRS, July 11, 2007.

==
Extrait de Cause commune no 17