Encore une hausse

Voilà, 2007 s’annonce encore comme une année où les travailleurs/euses devront payer plus. En effet, la Société de transport de Montréal (STM) annonce une autre augmentation, soit une sixième en 5 ans. Depuis janvier, les gens qui se rendent au travail en transport en commun doivent payer 2$ de plus par mois, pour un total de 65$, et les étudiant-e-s 1,25$ de plus par mois, ce qui fera passer leur carte mensuelle à 35$. On nous rapplique toujours la même rhétorique : « La STM offre encore les prix parmi les plus bas en Amérique du nord. » So what, quand ça fait 15$ d’augmentation en cinq ans pour une CAM et que pendant ce temps le service lui ne s’améliore pas. On nous dit vouloir encourager les gens à prendre le métro ou l’autobus, mais ce n’est pas à ce rythme d’augmentation qu’ils atteindront leur objectif. C’est à se demander si le nombre d’usagers augmente. C’est plutôt le nombre d’automobiles qui va en grandissant. Et puis voilà qu’on nous parle de tarification par zone et d’une nouvelle carte à puce qui sera implantée, nous dit-on, dans quelques années. Donc un service plus automatisé, donc en revanche moins d’employé-e-s. La STM est gérée comme une entreprise privée alors qu’elle devrait être un bien public, tout comme Hydro Québec qui annonce aussi des augmentations de tarifs en 2007. Le coût de la vie augmente pis nos salaires eux, i suivent-tu l’inflation? Pis ton tramway Tremblay, c’est qui qui va le payer? Il faut se demander pourquoi le fardeau revient toujours sur les personnes les moins fortunées. C’est pas la majorité des personnes au salaire minime ou les étudiant-e-s qui peuvent se permettre de s’aventurer dans l’achat d’une voiture. Qu’on vienne me faire accroire que ce monde n’est pas divisé en classes.

===
Extrait du numéro 12 de Cause commune, le journal de la NEFAC au Québec.