• warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /home/nefacnet/public_html/includes/unicode.inc on line 351.
  • warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /home/nefacnet/public_html/includes/unicode.inc on line 351.
  • warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /home/nefacnet/public_html/includes/unicode.inc on line 351.
  • warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /home/nefacnet/public_html/includes/unicode.inc on line 351.

Journal d’un ouvrier en lock-out

Vous ne le saviez peut-être pas mais les ouvriers du Journal de Montréal sont en lock-out actuellement (après 20 semaines de grève). C’est l’occasion pour l’un d’eux, Réal Asselin un mécanicien à l’emploi du Journal depuis 21 ans, de sortir sa plûme et d’écrire le Journal du lock-out. Loin de la langue de bois, ce blogue ouvrier permet de découvrir un syndicaliste fier et toute une communautés de travailleurs et de travailleuses qui se tiennent debout et manifestent une solide conscience de classe (y'a qu'à lire les commentaires! par exemple ici). À visiter à www.lockoutjournal.com

===========
Extrait :
===========

Alerter le public

Montréal, 8 novembre 2006

C’est difficile de voir chaque matin, dans n’importe quel restaurant, des travailleurs lire le Journal de Montréal en buvant leur café. Je préfère ne plus y entrer, passer mon chemin et aller boire mon café au local, avec mes compagnons de travail.

Je ne leur en veux pas, au contraire! C’est à nous qu’il faut s’en prendre, à nous d’avoir été incapables, jusqu’à maintenant, d’alerter le public. Quand je disais que peu de gens comprennent notre conflit, j’aurais pu dire, aussi, que peu savent que nous sommes en conflit. Ne trouvent-ils pas le Journal chaque matin à leur porte ou dans leur restaurant préféré?

Par ce blogue et par d’autres actions à venir, nous allons tenter de remédier à cette situation et renverser la vapeur.

Mais n’est-il pas ironique de savoir que le Journal de Montréal lui-même n’en parle absolument pas? ni aucun des médias entre les mains de la famille Péladeau? On décrète un lockout sans même avertir la population, ou simplement ses lecteurs.

Ça me laisse songeur quand Québecor vient parler de sa convergence, songeur envers l’avenir de l’information tel qu’imaginé, remodelé même par les gestionnaires de Quebecor…

www.lockoutjournal.com