Un réseau de travailleurs-euses solidaires

Récemment à Montréal s'est initié un Réseau des travailleurs-euses solidaires. Suite à l'appel de la NEFAC-Mtl, deux douzaines de personnes se sont rencontrés pour en jeter les bases. Le rôle du réseau consistera à combattre la précarité et favoriser l'émergence d'un mouvement de solidarité ouvrière.

La précarité, telle que la majorité d'entre nous la connaissons au travers de notre emploi et de nos conditions générales, est marquée par une flexibilisation du travail, le peu de perspectives d'organisation syndicale et de résistance au travail, ainsi que par l'insécurité économique et l'isolement social.

Comme nous changeons de plus en plus fréquemment d'emploi et de métier, la nécessité de s'unir dans un réseau englobant l'ensemble des travailleurs-euses précaires se fait sentir. Nous ne pouvons rester isoler sur nos lieux de travail. Nous devons défendre nos intérêts sur une base de classe sociale et combattre les offensives patronales partout où elles se présentent, à la mesure de nos capacités.

Un syndicalisme de combat

Ce Réseau de travailleurs-euses solidaires servira d'outil pour pratiquer la solidarité. Entre autres, nous aimerions développer la pratique de "ligne de piquetage volante", c'est à dire se constituer en un groupe de personnes qui serait prêt à appuyer physiquement, moralement et politiquement les lignes de piquetage lors de conflits de travail. C'est une pratique existante en Ontario, utilisé surtout par des syndiqué-e-s à la base du SCFP. Nous l'avons aussi utilisé au Québec lors de mobilisations de la NEFAC.

Nous ne voulons pas nous contenter d'un syndicalisme propre et poli. Ne serait-ce simplement que pour défendre nos intérêts et gagner quelques luttes, nous pensons que certaines lois et 'traditions' doivent être transgressées. Nous voulons confronter directement les patrons et nuire à leurs affaires.

Le Réseau de travailleurs-euses solidaires est radicalement démocratique, c'est à dire organisé sur une base de démocratie directe. Les orientations générales seront prises en assemblées générales fréquentes et seront mise en oeuvre par l'ensemble du réseau. Des tâches plus spécifiques seront exécutées par des délégué-e-s duement mandatés par l'assemblée et révocables en tout temps.

Nous voulons que le réseau soit ouvert à l'ensemble des travailleurs-euses, peu importe leur affiliation ou sensiblité politique. Au niveau des syndicats existants, nous chercherons à inclure des syndicalistes qui veulent radicaliser leurs syndicats et qui cherchent à faire vivre un mouvement de solidarité ouvrière.

*pour entrer en contact avec le Réseau des travailleurs-euses solidaires : réseau.solidaire.précaires@gmail.com

===
Extrait de Cause commune no5