[Brochure] " Où la licence règne en toute impunité " Une étude anarchiste de la politie Rotinonshón:ni

La société traditionnelle Rotinonshón:ni* (Iroquois), ou " le peuple de la Maison Longue ", était matrilinéaire, stable, communautaire et, naturellement, horticole. Les Rotinonshón:nis ont formé une confédération de cinq nations, et ce, plusieurs générations avant l'arrivée des Européens. Ces nations unies sous le Kaianere'kó:wa ont embrassé la même politie (N.d.T. : politie : dans la Grèce ancienne, le terme politeia, dont l'équivalent français politie est d'un usage plus rare que l'anglais polity, signifie à la fois "constitution" et "ensemble des citoyens") mettant ainsi fin aux querelles intestines sans création d'un État centralisé, sans stratification de la population et sans exploitation économique.

" Où règne la licence en toute impunité "
Une étude anarchiste de la politie Rotinonshón:ni

D'après Stephen Arthur
Traduit par Louisane LeBlanc

" Dans ce contexte, leurs règles d'action sont très raisonnables et n'ont rien de barbare. Puisque leur survie dépend de leur union et, par le fait même, il est donc inimaginable que parmi un peuple où règne l'autorité en toute impunité - surtout à l'intérieur d'une jeune nation - que des événements provoquent une rupture et désunissent leur pensée. Afin de conserver cette stabilité, ils se réunissent en assemblée générale à tous les ans dans le village d'Onnontaé. Là, tous les représentants des diverses Nations sont présents afin de dévoiler leur requête mais aussi pour échanger des cadeaux nécessaires à leur satisfaction mutuelle et grâce auxquels ils maintiennent une bonne entente les uns envers les autres. "
François le Mercier, 1668 (1)

Certains historiens matérialistes affirment qu'une population stable et agricole doit inévitablement se transformer en une société hiérarchique et stratifiée au centre de laquelle un État centralisé et un système économique abusif existent afin d'éviter les guerres et de mettre fin aux querelles intestines. (2) Alors que ce fait est commun, il appert que la résolution des problèmes sociaux peut être envisagée d'une autre manière. C'était sur les rives sud du Kaniatari:io (lac Ontario) que s'était établit la société traditionnelle Rotinonshón:ni (Iroquois) (3) ou " le peuple de la Maison longue ". Cette société était matrilinéaire, stable, communautaire et, naturellement, horticole. Les Rotinonshón:nis ont formé une confédération réunissant initialement cinq nations : Kanien'kehá:ka (Mohawk), Oneniote'á:ka (Onedia), Ononta'kehá:ka (Onondaga), Kaion'kehá:ka (Cayuga) et Shotinontowane'á:ka (Seneca). C'est plusieurs générations avant le premier contact avec les Européens (4) que ces nations se sont unies sous le Kaianere'kó:wa (la Grande loi de la paix), embrassant la même constitution (5) et mettant ainsi fin aux disputes intestines sans création d'un État centralisé, sans stratification de la population et sans exploitation économique.

Jared Diamond, un universitaire américain, allègue hypothétiquement que les sociétés égalitaires de chasseurs-cueilleurs sans État qui dépendent de l'agriculture et qui font face à une population grandissante, à des querelles intestines et à une mauvaise gestion des nouvelles ressources se questionnent sur leurs habilités à conserver des liens politiques horizontaux ainsi qu'une économie communautaire. (6) Toujours selon Diamond, la transition vers le monde matériel mène inévitablement à la création d'un État, auquel il fait allusion en le nommant kleptocratie (N.d.T : kleptocratie : État voleur), et qui malgré les révoltes des opprimés ne peut, dans un monde idéal, que changer le taux d'exploitation et d'oppression en nommant un nouveau groupe de kleptocrates. Dans la pensée de Diamond, " la kleptocratie " est indéniablement inhérente à la culture matérielle. (7)