Critique de livre : Pour changer le monde

Affiches des mouvements sociaux au Québec (1966-2007)

Rassembler en un livre 40 ans d’affiches sociales et politiques est un projet pour le moins ambitieux. C’était le rêve de David Widgington qui s’est associé à deux vieux routiers de l’affiche militante, Jean-Pierre Boyer et Jean Desjardins du Centre de recherche en imagerie populaire (CRIP). Le résultat, Pour changer le monde, publié conjointement par Lux et Cumulus Press en février, est tout simplement époustouflant. Les affiches passent tellement vite --et la plupart sont tellement laides et vite faites-- qu’on oublie que d’autres sont de véritables œuvres d’art ou de petits chefs d’œuvre de propagande.

Les auteurs ont pigé dans la collection de 20 000 affiches du CRIP, auxquelles Widgington a ajouté 300 affiches plus récentes collectées dans les réseaux militants, pour en choisir 659. Les plus belles, les plus parlantes et les plus pertinentes. Tous les mouvements y passent: syndical, politique, populaire, féministe, groupes de pression, solidarité internationale, contre-culture, altermondia-lisme. Fait à noter, le livre ne s’arrête pas qu’aux groupes les mieux établis, ni aux affiches les plus «pro». D’obscurs groupes radicaux (comme la NEFAC! ) ontdroit de cité... Autre fait à noter, les auteurs ne se sont pas limités à Montréal : on reconnait certaines affiches de la capitale (pas juste celles du Sommet des Amériques!) et d’autres venues d’ailleurs.

À lire --chaque section est introduite par un texte-- et, surtout, à voir. On en ressort avec une véritable histoire graphique de la contestation. Un beau livre, abor-
dable en plus, pour trouver de l’inspiration, se rappeler et
mesurer le chemin parcouru.

==
Extrait du numéro 19 de Cause commune