PAS DE SANG POUR LE PÉTROLE!

Bonjour! Voici un appel à joindre le contingent
anti-capitaliste dans la manif du 15 févrieer
organisée par la Coalition Québec-Irak.
Véronique, Collectif des Bas-Quartiers

PAS DE SANG POUR LE PÉTROLE!
CONTRE LE CAPITALISME ET LA GUERRE.

L'intervention militaire en Irak a déjà commencé! Les
États-Unis et la Grande-Bretagne bombardent le pays
depuis plusieurs mois et ils s'apprêtent maintenant à
l'envahir. Le peuple irakien, déjà écrasé par la
dictature de Saddam Hussein et par l'embargo, n'a pas
fini de compter ses morts et de souffrir en silence.
L'avenir des IrakienNEs n'est ni dans Saddam Hussein,
ni dans une nouvelle domination occidentale.

Une guerre contre le terrorisme?

La menace terroriste sert aujourd'hui de prétexte pour
attaquer l'Irak, coupable, selon le gouvernement
américain, de fabriquer des armes de destruction
massive et d'abriter des complices de Ben Laden.
Depuis le 11 septembre 2001, les États-Unis se sont
lancés dans une série d'expéditions punitives contre
les terroristes qui aurait osé les frapper et contre
les États qui en seraient complices, des États qu?ils
qualifient de "voyous".

Si les "États voyous" existent, les USA sont
assurément le premier d'entre eux, au regard des
crimes qu?ils ont commis, du soutien qu'ils ont
apporté à des groupes terroristes, et notamment au
"réseau Ben Laden" au cours des années 80 et 90, des
armes qu'ils fabriquent et vendent dans le monde
entier. L'argument antiterroriste n'est qu'un prétexte
au service d'une politique de domination du monde.

Une guerre pour la démocratie?

Ce ne sont pas les droits des IrakienNEs et des Kurdes
qui préoccupent les États et les multinationales qui
veulent cette guerre. À maintes reprises, au Chili, en
Arabie saoudite, en Afrique, ils ont soutenu les pires
dictatures tant qu?elles ne gênaient pas la poursuite
de leurs intérêts stratégiques et commerciaux. Encore
privilégié des Occidentaux, mène dans une guerre
sanglante contre le peuple kurde, l'État russe
massacre les Tchétchènes, tout comme l'État d?Israël
poursuit l'écrasement de la Palestine avec la
bénédiction des États-Unis.

L?Irak : un enjeu stratégique pour le Capital

Pour les capitalistes, une guerre rapide et
victorieuse en Irak, ainsi que la mise sous tutelle de
ce pays serait une belle aubaine. Non seulement se
verront-ils débarrassés d?un des principaux opposant
au régime américain, mais ils pourront faire main
basse sur le pétrole irakien et les profits qu?il
entraîne. Le seul objectif de cette guerre est
d'assurer la mainmise des grandes compagnies
pétrolières sur les ressources du pays afin de
permettre l'augmentation de l'approvisionnement des
Etats-Unis. L'Irak possède 11 % du pétrole mondial,
un pétrole dont par ailleurs le coût de revient est le
plus bas de la planète si on le compare à celui de
Russie, d'Arabie Saoudite ou du Venezuela.

Tous les discours entendus sur l?éventuelle relance
économique des États-Unis, et du monde par le fait
même, ne sont que mensonges au profit de quelques-uns,
de la classe dominante. D?abord, de tous les temps,
les bons coups de l?économie américaine n?ont profité
qu?à quelques pays occidentaux, qui regroupent une
très faible minorité de la population mondiale.
L?organisation de l?économie mondiale à travers des
institutions comme la Banque mondiale, le Fonds
monétaire international et l?Organisation des Nations
Unies n?a fait qu?accroître les écarts entre les pays
et la dépendance des régions dits du Tiers monde
envers l?Occident. Nous ne sommes pas dupes, la
relance de l?économie ne profite qu?aux détenteurs de
capitaux, et non à l?ensemble de la population. Cette
guerre, ils ne la feront pas en notre nom!

Leur paix, c?est la guerre!

Lutter contre la guerre, c'est aussi lutter contre une
"paix" capitaliste tout aussi meurtrière. Chaque jour
dans le monde, 35 000 personnes meurent de faim ;
depuis 1991 l'embargo sur l'Irak y a aggravé les
inégalités et fait plus d'un million de victimes. Chez
nous, cette « paix » est synonyme d?esclavage
salarial, de répression policière, de coupures
gouvernementales, d?inégalités économiques et
sociales. Nous vivons dans un pays qui a été « pacifié »
pour permettre l?exploitation maximale de la main
d?oeuvre, du territoire et de ses ressources au profit
de la classe dominante. Pas un jour sans mises à pied,
pas un jour sans mort sur les chantiers. Qu?on se le
tienne pour dit : ici comme ailleurs, le capitalisme,
c?est la guerre.

Ni Bush, ni Hussein!

Si le principe de guerre préventive de Bush l'emporte,
il sera alors facile pour les grandes puissances de
soumettre n'importe quel État économiquement,
politiquement ou diplomatiquement « plus faible », de
tuer son peuple, de s'approprier ses richesses.
L'urgence est à la mobilisation massive, à la création
d'un vaste mouvement dans les écoles, les quartiers et
les entreprises? dans l?ensemble de la population pour
empêcher cette guerre. Le 15 février 2003, des
millions de personnes autour du globe marcheront en
opposition à l'escalade guerrière. À Québec, nous
invitons tous ceux et celles qui souhaitent construire
un monde débarrassé de l?oppression, de
l'autoritarisme, du capitalisme, de la haine ethnique
et du fondamentalisme religieux à participer à la
manifestation organisée par la Coalition Québec-Irak
avec le contingent anticapitaliste et poursuivre la
lutte avec nous.

rendez-vous à 13h sous la banière de Dada à faim
Appel signé par le Collectif des Bas-Quartiers, dada à
faim, Collectif la Nuit et la Rixe