warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /home/nefacnet/public_html/includes/unicode.inc on line 351.

St-Jérôme: la police disperse une manif communiste

Selon le Drapeau rouge express, le bulletin électronique maoïste, la police de St-Jérôme aurait violemment dispersé hier une manifestation communiste et procédé à une dizaine d'arrestation. Les arrêtés seront accusé "d'entrave au travail des policiers". À la NEFAC, nous avons nos différents avec les maoïstes (sic!) mais nous ne sommes pas sectaires au point de passer sous silence un cas patent de répression policière.

Samedi dernier, une cinquantaine de personne répondaient à l'appel de l'organisation locale du Parti communiste révolutionnaire (PCR) et se préparaient à une manifestation rouge, un peu à l'image de ce qui s'est passé à Valleyfeild il y a quelques mois. Des policiers sont venus dire aux militants rassemblés qu’ils « respecteraient leur droit de manifester à condition qu’ils restent dans le parc ou sur les trottoirs. »

Évidemment, les rouges n'ont pas tenus compte de cet avertissement (honnêtement, nous non plus nous n'en aurions pas tenu compte) en ont pris la rue malgré tout. C'est en marge du deuxième arrêt de la marche, devant la fonderie Mueller, que l'intervention policière a eut lieu. Selon le correspondant du Drapeau rouge, l'intervention fut passablement musclée:

Une horde de flics est apparue en catastrophe, dans un certain désordre : des flics de Saint-Jérôme, bien sûr, accompagnés par d’autres venus notamment des municipalités voisines de Sainte-Sophie et Saint-Hyppolite. Les policiers sont sortis de leurs véhicules en courant pour se ruer sur les manifestantEs, en particulier ceux et celles qui tenaient les bannières et porte-voix. Sans avertissement, ils ont commencé à procéder à des arrestations, en criant que tout le monde recevrait un constat pour « entrave » (...). À un manifestant qui lui demandait seulement, à deux mètres de distance, quel était le motif de cette intervention soudaine, une policière a répondu en l’aspergeant de poivre de cayenne. Une de ses collègues, qui répondait aux ordres mais qui semblait totalement confuse, a répondu à un autre manifestant qui lui demandait s’il y avait eu un méfait ou quoique ce soit qui justifie ces arrestations : « Il ne s’est rien passé mais vous n’avez pas demandé de permis, alors je pense bien qu’il s’agit d’une entrave »!

Source

Dans la confusion, les passants ont plutôt mal réagi à cet étalage de muscle, la majorité des manifestantEs se sont évanouis dans la nature et seulement 10 personnes ont été amené au poste.

Qu'une telle opération policière ait lieu à une semaine du Sommet de Montebello, où la police veut également interdire les manifestations de rue n'augure rien de bon. Ayant subit plus souvent qu'à notre tour ce type de répression policière, les militants de la NEFAC expriment leur solidarité avec ceux et celles du PCR. Bonne chance pour les procès!

Bip! Bip!

Mise-à-jour - Il y a de nouveaux développements dans ce dossier. Un correspondant du Bureau d'information politique du PCR nous écrit que:

Il y a eu comparution pour la forme jeudi le 16, sans la présence des accuséEs (il s'agit d'une accusation sommaire et leur présence n'était pas obligatoire). La procureur de la Couronne a alors demandé d'ajouter des conditions de remise en liberté d'ici au procès: 1) qu'aucunE accuséE de l'extérieur ne puisse aller à Saint-Jérôme (sauf pour le procès); 2) que tous-toutes les accuséEs se voient interdire de manifester à Montebello cette semaine. Cette requête a été rejetée pour des raisons techniques, i.e. parce que les accuséEs étaient absentEs (une telle requête exige leur présence). Toutefois, cela confirme un certain lien entre les arrestations et Montebello. La procureur a aussi dit que les accuséEs sont de "dangereux criminels" et des récidivistes potentiels car l'un d'entre eux aurait dit qu'il y aurait d'autres manifs à Saint-Jérôme.

Bip! Bip! À suivre...