Lettre ouverte aux soldats et soldates de Valcartier

Quatre coalitions québécoises ont écrit aux militaires basés à Valcartier. Voici le contenu de cette lettre ouverte qui a tant fait jaser.

Ça fait des mois et des mois que vous vous préparez sans relâche pour une mission des Forces armées canadiennes en Afghanistan, et vous quitterez bientôt pour Kandahar. Pendant ces longs mois d’entraînement, on vous a répété sans relâche que votre mission était de stabiliser l’Afghanistan, de gagner le cœur et les esprits des Afghans, de libérer les femmes, afin que s’établisse la démocratie dans ce pays. Nous vous écrivons cette lettre pour vous demander de considérer un autre point de vue au sujet de votre déploiement. Nous espérons vous fournir par cette lettre des informations qui vous inciteront à remettre en question votre participation à cette mission.

Le peuple afghan n’a jamais attaqué le Québec ou le Canada et n’avait rien à voir avec les attaques du 11 septembre 2001. Malgré cela, le ministre de la Défense Gordon O’Connor – qui travaillait auparavant comme lobbyiste pour l’industrie de la défense – a affirmé que votre présence en Afghanistan sert à «venger» les Canadiens tués lors du 11 septembre. [Source : Edmonton Journal, 21 janvier 2007]

On entend aussi que le Canada est en Afghanistan pour y libérer les femmes. Toutefois, le gouvernement canadien a accordé son appui à des seigneurs de guerre dont le régime est aussi brutal à l’endroit des femmes que l’était le régime Taliban. Dans les mots de l’association RAWA (Revolutionary Association of the Women of Afghanistan) :

« Le gouvernement corrompu de M. Karzai et de ses gardiens internationaux jouent de façon honteuse avec la souffrance des femmes afghanes et utilisent cette dernière comme un outil de propagande pour tromper les peuples du monde. Ils ont installé quelques femmes dans des postes haut-placés […] et proclament leur geste comme étant un symbole de la «libération des femmes» ». [Source : www.rawa.org, extrait d’une déclaration émise à l’occasion de la Journée internationale des femmes, 8 mars 2007, traduction libre]

En plus, c’est qu’en allant en Afghanistan avec les Forces armées, vous risquez de devenir complices de ce qui pourrait être considéré comme des crimes de guerre, comme en témoignent les exemples suivants :

- En avril de cette année, l’armée américaine tue au moins 57 civils au cours de raids aériens dans la province de Herat. Plus de la moitié de ces civils sont des femmes et des enfants. [Source : International Herald Tribune, 12 mai 2007]

- En mars 2007, dans la province de Nangarhar, 19 autres civils, incluant un bébé, sont tués par des soldats américains (qui par après obligent des journalistes à effacer les vidéos de cet incident). [Source : CBC News, 4 mars 2007]

Les soldats canadiens ont aussi tué des civils :

- En mars 2006, des soldats tuent un chauffeur de taxi qui circulait près d’une patrouille. [Source : CBC News, 15 mars 2006]

- En août 2006, ils tirent sur un garçon de 10 ans, qui meurt par la suite. En décembre 2006, un vieillard afghan a connaît le même sort. [Sources : National Post, 23 août 2006 et CTV News, 13 décembre 2006]

- En février 2007, des soldats canadiens sont impliqués à deux reprises dans la mort de civils afghans, dont un sans-abri. [Sources : Presse canadienne, 17 février 2007, CBC News, 17 février 2007 et CTV News, 19 février 2007]

La mission en Afghanistan est un tissus de mensonges. L’implication des Forces armées canadiennes depuis 2001 est directement liée à la « guerre au terrorisme» de George W. Bush. 2500 soldats canadiens en Afghanistan, c’est aussi 2500 soldats américains de plus en Irak, et ce malgré l’opposition claire de la population face à cette guerre. La « guerre au terrorisme » a échoué et il n’y a pas plus de sécurité dans le monde, surtout pas pour la population du Moyen-Orient. Dans les mots de votre commandant en Afghanistan, le Major-Général Andrew Leslie : « À chaque fois que vous tuez un jeune homme en colère à l’étranger, vous en créez 15 autres qui vous pourchasseront par la suite ». [Source : CBC News, 8 août 2005]

En Afghanistan, cinq ans après que George Bush et Donald Rumsfeld aient affirmé que les Talibans avaient été défaits, ils sont mystérieusement de retour, et les affrontements continuent de se multiplier dans plusieurs régions. Tant et aussi longtemps qu’il y aura des armées étrangères en Afghanistan, il y aura également des milliers d’Afghans ordinaires qui y résisteront. Ici, en Amérique du Nord, les médias de masse désignent toute opposition à la présence étrangère comme étant le fait de « Talibans » ou de « présumés Talibans ». Ces qualificatifs dangereux marginalisent la résistance de la population afghane.

La mission des Forces armées canadiennes est un piège. Vous n’êtes pas obligés d’aller en Afghanistan pour servir de chair à canon dans cette guerre injuste.

Vous connaissez bien mieux que nous les conséquences d’un refus de participation à une mission des Forces armées. Toutefois, vous pouvez résister : un réserviste canadien l’a fait en 2006 et aux États-Unis des soldats refusent à tous les jours de se rendre au Moyen-Orient.

Nous écrivons cette lettre dans un esprit d’ouverture et de dialogue. Nous vous offrons notre soutien, en toute confidentialité, si jamais vous décidez de vous désister de cette mission. Nous espérons que ces quelques informations auront contribué à favoriser votre réflexion sur le sujet. Nos coordonnées se trouvent ci-dessous, n’hésitez pas à nous contacter.

-- Coalition Guerre à la Guerre (Québec)
-- Coalition Québec pour la paix (Québec)
-- Block the Empire (Montréal)
-- Rassemblement Outaouais contre la guerre

infos : www.valcartier2007.ca

==
Extrait de Cause commune no 15