Dolores Villalobos, membre du CIPO-RFM sera a Montreal

Six mois après la conclusion plutôt brutale de ce qu’on a surnommé la « Commune de Oaxaca » nous recevront à Montréal une femme membre de la Junte Organisatrice du Conseil Populaire Indigène de Oaxaca – Ricardo Flores Magon (CIPO-RFM), Dolores Villalobos.

Mercredi le 11 avril 2007
19 :30 hrs, Centre de l’Amitié Autochtone
2001 boul. St-Laurent (coin Ontario)
Metro St-Laurent

Six mois après la conclusion plutôt brutale de ce qu’on a surnommé la « Commune de Oaxaca » nous recevront à Montréal une femme membre de la Junte Organisatrice du Conseil Populaire Indigène de Oaxaca – Ricardo Flores Magon (CIPO-RFM), Dolores Villalobos.

Le CIPO-RFM fut parti prenante de cette immense contestation, non seulement des politiques néo-libérales et semi-féodales qui ont cour au Mexique, mais aussi du capitalisme en général qui accule la majorité de la population à la misère. Ce qui commença par une grève par les professeurs pour une augmentation des salaires et de moyens, déboucha finalement sur la prise de la ville par ses habitants et la création d’une coordination populaire l’APPO.

Elle nous partagera ses expériences comme professeur, ex-prisonnière politique, membre du CIPO-RFM et déléguée du conseil de l’Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca (APPO), mais aussi en tant que femme autochtone.

Mercredi le 11 avril 2007
19 :30 hrs, Centre de l’Amitié Autochtone
2001 boul. St-Laurent (coin Ontario)
Metro St-Laurent

Traduction vers le Français et l’Anglais disponible
Pour infos : bernie(a)nefac.net

Le Conseil Indigène Populaire de Oaxaca “Ricardo Flores Magón” (CIPO-RFM) est une organisation qui regroupe une vingtaine de communautés autochtones de l’État de Oaxaca, au Mexique. Leur mission est la reconstitution et la libre association des peuples autochtones par l’autonomie et l’action directe pour, entre autres : promouvoir, diffuser, et défendre les droits humains, territoriaux, sociaux, politiques et culturels des peuples et individus ; les aider à s’organiser de manière libertaire ; initier des projets durables d’autosuffisance qui permettent le développement intégral des communautés autochtones tout en respectant les écosystèmes et les cultures locales, s’engager dans la défense et la sauvegarde de la nature et du territoire

Ils ont choisi le nom de Ricardo Flores Magon parce qu’il était autochtone, parce qu’il s’est battu pour la liberté et alors qu’il était natif de Oaxaca, son cœur, ses pensées et son œuvre avait pour finalité la libération de tous les peuples de la terre. Adopter les principes de Magon implique que le CIPO-RFM se bat sans vouloir s’enrichir ou pour un bénéfice personnel mais plutôt pour abolir l’arrogance, l’autorité, et les mensonges. Cela implique aussi qu’ils ne cherchent pas a prendre le pouvoir ni a s’imposer a personne: « utiliser l’aide mutuelle comme base ; la solidarité, l’action direct et l’autonomie comme voie! »