UNE HONTE! “Dénonciation syndicale de l'insalubrité d'une prison sans un mots sur les conditions de détention”

Le 2 septembre dernier, 140 métallos (FTQ) manifestaient à Laval contre les problèmes de santé induit par l'insalubrité de leur lieu de travail et surtout contre l'inaction de leur patron. Il paraît que ça fait un an que le syndicat a déposé des plaintes, le lieu a même été fermé un temps pour cause d'insalubrité. Le syndicat a identifié une liste impressionnante de problèmes rencontrés: "nous observons des risques biologiques comme la qualité de l'air avec des champignons, des moisissures, des maladies comme le tétanos, le SRAS, la tuberculose, l'hépatite B, le risque de contact avec le sang".

Le problème c'est que les métallos en question ne travaillent pas n'importe où. Ce sont des membres du Corp canadien des commissionnaires à l'emploi de l'Agence des services frontaliers canadiens. Autrement dit des screws, des gardien-ne-s dans la seule prison de Citoyenneté et immigration Canada au Québec (l'ex. Centre de prévention Immigration Canada (CPI) à Laval).

Ce qui est dégeulasse c'est que dans toute sa splendeur corporatiste, le syndicat ne touche pas un mot dans son communiqué des gens les plus concernés par ces conditions insalubres: les immigrant-e-s incarcéré-e-s sur place. La seule fois où l'on parle des prisonnier-e-s c'est pour en faire un risque "à l'intégrité physique et psychologique" des gardien-ne-s. Le syndicat écrit: "ces travailleuses et ces travailleurs travaillent dans des situations à risque lors d'interventions physiques comme le transport des prévenus, lors de saisies auprès de prévenus possédant des substances illégales, lors de la surveillance de ces derniers lorsqu'ils usent de menaces physiques et verbales et d'intimidations ou qui possèdent des armes artisanales comme des lames de rasoir cachées, des ciseaux ou autres. La situation est à haut risque."
Le message lancé est clair: les immigrant-e-s illégaux sont la lie de la société, vecteurs de maladies et potentiellement dangereux, des bêtes féroces en somme. Or, qui sont les prisonnier-e-s de l'Agence des services frontaliers canadiens? Ils sont en moyenne 2000 à passer par année dans cette prison. Des hommes, des femmes et des enfants qui ont eu le malheur d'être sans-papiers et pauvres dans un pays riche. La plupart sont en attente pour le statu de réfugié, à peu près 20% seront déportés, les autres seront relâché ou transféré ailleurs après sept à treize jours de détention (en moyenne). L'immense majorité ne sont pas dangereux, quoi qu'en disent les gardien-ne-s. En effet, l'Agence à la possibilité d'envoyer les "criminels" dans de "vrais" prisons, ce qu'elle fait avec 20% des personnes qu'elle place en détention dans la province.

Incapable de voir plus loin que le bout de son corporatisme, de faire preuve de la moindre humanité et d'un peu de compassion, l'action de la section locale composée 8922 du Syndicat des Métallos (FTQ) est une vraie honte pour le mouvement syndical. Ça aurait été quoi de dénoncer Citoyenneté et immigration Canada pour les conditions de détention dans lesquelles l'Agence maintient les immigrant-e-s illégaux? Si la situation pose des problèmes de santé à ceux et celles qui quittent les lieux après leur quart de travail, imaginez pour ceux et celles qui sont pognés là 24h sur 24h en attente d'une éventuelle déportation.

Et que penser de Citoyenneté et immigration Canada qui disait, pour justifier dans un reportage à LCN la dépense de 6 millions $ par année que représente cette prison, "qu'il s'agit là du prix à payer pour avoir un système sécuritaire qui respecte les droits des détenus"... La barbarie made in Canada c'est, entre autre, de dépenser 6 millions $ par année pour terroriser des milliers d'illégaux qui bossent dans les fond de cales de l'économie montréalaise. Et à ce prix là, le gouvernement n'est même pas capable d'avoir une prison salubre! Dire que si on laissait circuler les personnes aussi librement que les marchandises, on aurait pas tous ces problèmes...

---
Extrait de Cause commune no 9