warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /home/nefacnet/public_html/includes/unicode.inc on line 351.

Blogs

Cinéma-maison - Le Couperet

Bruno Davert est un professionnel de haut niveau (un cadre!) qui s’est fait larguer quand sa boîte a délocalisé ses opérations pour cause de « compétitivité ». Doté d’un parachute doré (c’est pas n’importe qui) la sérénité de notre homme s’effrite néanmoins au fil des mois, puis des années qui passent sans travail. Son instinct pousserait le « héros » à se solidariser avec ses semblables (« l’ennemi se sont les actionnaires » dit-il) mais il disjoncte complètement et intègre radicalement le discours dominant. Et puis lui vient une idée toute simple : éliminer, littéralement, la concurrence (c’est-à-dire les autres chômeurs ayant le même profil que lui)... Comédie noire ou thriller, selon le point de vue, le dernier film de Costa-Gavras se veut une « sociale-fiction » grinçante et décapante sur la dérive de l’économie et, surtout, ses effets sur ceux et celles qui sont éjecté-e-s du marché du travail. Attention : divertissement intelligent, certes, mais un peu lourd à la fin… Comme un dessert trop riche! Estomacs sensibles s’abstenir.

Encore une hausse

Voilà, 2007 s’annonce encore comme une année où les travailleurs/euses devront payer plus. En effet, la Société de transport de Montréal (STM) annonce une autre augmentation, soit une sixième en 5 ans. Depuis janvier, les gens qui se rendent au travail en transport en commun doivent payer 2$ de plus par mois, pour un total de 65$, et les étudiant-e-s 1,25$ de plus par mois, ce qui fera passer leur carte mensuelle à 35$. On nous rapplique toujours la même rhétorique : « La STM offre encore les prix parmi les plus bas en Amérique du nord. » So what, quand ça fait 15$ d’augmentation en cinq ans pour une CAM et que pendant ce temps le service lui ne s’améliore pas. On nous dit vouloir encourager les gens à prendre le métro ou l’autobus, mais ce n’est pas à ce rythme d’augmentation qu’ils atteindront leur objectif. C’est à se demander si le nombre d’usagers augmente. C’est plutôt le nombre d’automobiles qui va en grandissant. Et puis voilà qu’on nous parle de tarification par zone et d’une nouvelle carte à puce qui sera implantée, nous dit-on, dans quelques années. Donc un service plus automatisé, donc en revanche moins d’employé-e-s. La STM est gérée comme une entreprise privée alors qu’elle devrait être un bien public, tout comme Hydro Québec qui annonce aussi des augmentations de tarifs en 2007. Le coût de la vie augmente pis nos salaires eux, i suivent-tu l’inflation? Pis ton tramway Tremblay, c’est qui qui va le payer? Il faut se demander pourquoi le fardeau revient toujours sur les personnes les moins fortunées. C’est pas la majorité des personnes au salaire minime ou les étudiant-e-s qui peuvent se permettre de s’aventurer dans l’achat d’une voiture. Qu’on vienne me faire accroire que ce monde n’est pas divisé en classes.

Sur les lignes... Chronique syndicale

Montréal : la lutte se poursuit à la charcuterie Bens

Les grévistes de la charcuterie Bens de Montréal ont à nouveau érigé une ligne de piquetage au début janvier, malgré la fermeture annoncée en décembre par les propriétaires du restaurant.

Sur les lignes... Une chronique syndicale

Collaboration de classe

Collaboration de classe

On vient d’apprendre que la Fraternité interprovinciale des ouvriers en électricité (affiliée à la FTQ-construction) a participé à la création de l’association « À bon port », un groupe de pression « citoyen » qui entend militer en faveur du projet de port méthanier Rabaska sur la rive-sud de Québec. D’après ses promoteurs (les multinationales Enbridge, Gaz de France et Gaz Métro), Rabaska pourra recevoir des navires chargés de gaz naturel, décharger leur cargaison, entreposer temporairement le gaz dans des réservoirs avant de le vaporiser, c’est-à-dire de le ramener à son état gazeux original. Celui-ci sera ensuite expédié en continu vers le réseau de transport interprovincial, puis vers les réseaux de distribution québécois et ontarien. Ce projet gigantesque, dont la valeur est estimée à plus de 800 millions de $, a suscité dès le départ la colère de la population des secteurs touchés. Plusieurs craignent les impacts négatifs de Rabaska sur l’environnement et le danger associé au transport et au stockage de gaz naturel. RegroupéEs au sein de la Coalition Rabat-Joie (1), les opposantEs ont organisé plusieurs manifestations au cours des derniers mois, mais la lutte s’avère difficile et coûteuse. Au lieu de soutenir les résidants et résidantes opposéEs au projet, le syndicat de la FTQ a choisi de verser 5000$ au groupe « À bon port », auquel participe également pas mal d’entrepreneurs en construction qui voient d’un bon œil l’ouverture d’un chantier de cette ampleur dans la région.

Le RAME c’est quoi donc ?

Le Réseau Anarchiste en Milieu Étudiant (RAME) a pris forme cet été. Il est constitué d’individus provenant de différents établissements scolaires (cégeps de Maisonneuve, Sherbrooke, Gérald-Godin, St-Laurent, Vieux Montréal, École des métiers de la construction de Montréal, ainsi que l’UQAM, McGill et l’Université de Montréal) s’identifiant à la tradition communiste dans l’anarchisme.

North of 9/11 - Censure politique à l’Université Concordia

L’Université Concordia a encore une fois refusé de laisser entendre une voix dissidente. David Bernans, auteur du roman North of 9/11, s’est fait interdire l’utilisation d’une salle à l’université pour le lancement de son livre le 11 septembre dernier. L’intrigue de North of 9/11 tourne autour d’événements réels et fictifs liés aux attentats du 11 septembre 2001. Alors que l’hystérie anti-arabe et la panique sécuritaire sont à leur plus fort, Sarah, Hassan, Hakim et Sayed, des étudiant-e-s de Concordia, préparent une action directe non-violente qui cible un manufacturier d’armes basé à Montréal.

Halte à la violence raciste!

Au cours des derniers mois, de nombreuses attaques racistes ont semé l’émoi dans les différents centres urbains du Québec.

À Trois-Rivières, une mosquée a été vandalisée avec des affiches tirées d’un site web xénophobe (« Québec Radical »). À Montréal, des écoles juives ont été la cible de graffitis haineux et d’attaques au cocktail molotov. À Québec, deux agressions racistes menées par un groupe de boneheads (1) ont eu lieu à quelques semaines d’intervalle, la première contre des étudiants lors de la Saint-Jean-Baptiste et la deuxième lorsque le rapper Eddie Racine s’est fait tabasser à deux pas de chez lui aux cris de « White Power ». À Sherbrooke, un homme et une femme de couleur se sont fait attaquéEs par des racistes alors qu’ils se promenaient dans un parc. Loins d’être isolés, ces événements démontrent que la bête immonde releve actuellement la tête au Québec.

Longue vie à l’AgitéE !

Québec - C’est fait ! Les camarades ont ouvert le café-bar l’AgitéE dans les locaux de l’ancienne Taverne Dorchester, à Québec, le 14 septembre dernier. L’AgitéE est une coopérative de solidarité qui se définit à la fois comme un espace social et culturel. Leur site web (www.agitee.org) décrit l’AgitéE comme «un lieu pour créer l’événement, diffuser des spectacles, permettre des projections, encourager les arts de la scène (l’impro, le théâtre et la poésie, etc.) ainsi que des expositions en tout genre. Un endroit éclectique ouvert à (presque) tous vos projets» et comme «un endroit prônant des valeurs de solidarité et de démocratie. Le lieu pour organiser conférences, réunions, débats, spectacles bénéfices et autres initiatives engagées et constructives». Nous on trouve surtout que c’est un endroit animé par des gens crissement cool. Allez voir par vous-même au 251 rue Dorchester, dans Saint-Roch. Longue vie à l’AgitéE !

L'anarchie de A à Z - K comme Kronstadt (ou la faillite du léninisme)

En mars 1921, les marins de Kronstadt, qui avaient été à l’avant-garde des révolutions russes de 1905 et 1917, se soulèvent contre la dictature du Parti communiste aux cris de « tout le pouvoir aux soviets et non aux partis ». Les insurgéEs exigent la fin des privilèges (salaire égal pour touTEs), la restauration de la démocratie socialiste (élections libres dans les soviets) et le retour du pluralisme révolutionnaire (libération de touTEs les militantEs socialistes-révolutionnaires et anarchistes). La révolte de Kronstadt sera réprimée dans le sang par le pouvoir léniniste. Il s’agit pour les anarchistes de la confirmation brutale du caractère fondamentalement autoritaire et néfaste de l’idéologie marxiste-léniniste.

Perspectives libertaires - Du pain et des jeux

« On nous traite comme un bled perdu. » Tel fut le cri du cœur d’Andrée Boucher, la mairesse de Québec, face aux tergiversations des mandarins fédéraux concernant la contribution d’Ottawa pour les fêtes du 400e anniversaire de Québec en 2008.

Syndicate content